No 26 – Printemps 2020

ACCOUCHER À LA CLINIQUE CECIL

UNE JEUNE MAMAN PARTAGE SON EXPÉRIENCE

accoucher_sommaire

PROFESSION SAGE-FEMME

LE BIEN-ÊTRE DES MAMANS ET DES BÉBÉS AVANT TOUT

accoucher_sommaire2

FERTILITÉ

PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE 2.0

fertilite_sommaire

PATERNITÉ

«J’AI L’HABITUDE DE JONGLER AVEC MON EMPLOI DU TEMPS»

paternite_sommaire

ÉLECTROPHYSIOLOGIE

COMMENT ÇA MARCHE?

electro_sommaire

FONDATION

UNE CHANCE, UN CŒUR

fondation_sommaire

NEWS

LES ACTUALITÉS DES CLINIQUES BOIS-CERF ET CECIL

actu_sommaire

FOCUS

Huits bébés nés à la Clinique Cecil fêtent ensemble leur premier anniversaire. Leurs mamans dont Morgane, ont tissé des liens d’amitié lors des cours de préparation à l’accouchement.

ACCOUCHER À LA CLINIQUE CECIL

 

UNE JEUNE MAMAN PARTAGE SON EXPÉRIENCE

C’EST À LA CLINIQUE CECIL QUE MORGANE A VU LE JOUR IL Y A TRENTE-DEUX ANS. METTRE AU MONDE SES ENFANTS DANS CETTE MÊME MATERNITÉ ÉTAIT UNE ÉVIDENCE POUR LA BLOGUEUSE ROMANDE @THE BLONDIE DIARY. UNE JOLIE MANIÈRE DE BOUCLER LA BOUCLE. RETOUR SUR SON EXPÉRIENCE.

La première fois, c’était le 19 juillet 2017. La deuxième, le 12 décembre 2019. Deux accouchements, deux césariennes. Et deux filles: Charlie, puis Robine. Et pourtant, deux expériences complètement différentes. «Quand je suis arrivée avec Luca, mon compagnon, pour accoucher de notre première fille, on a dû me faire une césarienne, alors que ce n’était pas prévu. C’était ma première opération et je l’ai très mal vécue», avoue Morgane. Une césarienne suivie d’un baby-blues. Le premier accouchement de Morgane était loin de celui dont elle avait rêvé. Mais le personnel de la Clinique Cecil a tout fait pour que la jeune maman traverse cette expérience le plus agréablement possible. Des infirmières aux sages-femmes en passant par le gynécologue et le personnel qui lui apporte ses repas, tout le monde est aux petits soins. «À la Clinique Cecil, on est dans un cocon, on n’a pas l’impression d’être dans un hôpital. On mange très bien et le cadre est magnifique. Cela peut paraître futile mais, dans ces moments-là, ce genre de considération compte vraiment.»

 

Morgane savait qu’elle voulait accoucher à la Clinique Cecil. En tant que Lausannoise, le bâtiment a toujours fait partie de son paysage. Et puis c’est là que sa maman lui a donné le jour il y a trente-deux ans. « Quand ma mère est venue me rendre visite à la naissance de Charlie, elle a croisé une nurse qui s’était occupée de moi à l’époque », raconte Morgane. Durant sa première grossesse, la jeune maman a suivi les cours de préparation à l’accouchement organisés par l’établissement. Elle a alors pu rencontrer une sage-femme qui s’est ensuite occupée d’elle lors de son séjour à la clinique, ainsi que sept autres mamans avec lesquelles elle est toujours en contact. Pour sa deuxième grossesse, elle a opté pour les cours de préparation en piscine, au Centre Actif+ de la Clinique Bois-Cerf.

Morgane a accouché de ses deux filles à la Clinique Cecil.

Ce que Morgane retient surtout de ses deux expériences à la maternité de la Clinique Cecil, c’est l’écoute et la disponibilité du personnel soignant. À commencer par son gynécologue. Pour sa deuxième grossesse, étant donné ses antécédents, il lui conseille une césarienne élective. Mais Morgane souhaite quand même essayer d’accoucher par voie basse. Une demande qui sera entendue, même si les événements ne vont finalement pas pouvoir lui permettre de la réaliser. «Le personnel a réellement du temps pour nous», insiste la jeune maman. «C’est une vraie petite bulle dans laquelle on est chouchoutée et écoutée.» À l’occasion de son deuxième accouchement, elle a revu des membres de l’équipe qui était là lors de son premier séjour. «Je suis attachée à ces personnes qui m’ont accompagnée dans un moment particulier de ma vie.»

 

Morgane se souvient particulièrement d’un sage-femme, Julien – un homme, oui! «J’ai eu bêtement un a priori. Je me demandais ce qu’un homme allait bien pouvoir me dire. C’est pourtant lui qui a trouvé les mots qui m’ont le plus aidée et soulagée.» Et le père dans tout ça? «Il a été très impliqué», insiste Morgane. Les heures des visites n’étant pas limitées à la Clinique Cecil, il restait jusqu’à ce que la jeune maman s’endorme. «Il mangeait avec moi. Ah, la petite côtelette de veau!» s’amuse-t-elle. Elle a d’ailleurs tellement apprécié l’accueil de la maternité qu’elle hésiterait presque à faire un troisième enfant juste pour revivre cette expérience. «On a dit qu’on s’arrêtait à deux, mais qui sait…»

 

MÉLANIE BLANC

Publicité