fr LES VACCINS À ARN MESSAGER

No 29 – Eté 2021

FOCUS

LES SPÉCIALISTES DU MÉDICAMENT

pharmacienne_sommaire

COMMENT ÇA MARCHE ?

LES VACCINS À ARN MESSAGER

vaccin_sommaire

ORL

ANOSMIE: QUAND L’ODORAT S’EN VA

anosmie_sommaire

INTERVIEW

«LES ANOMALIES DE L’HÉMOGLOBINE SONT PARMI LES MALADIES GÉNÉTIQUES LES PLUS COURANTES»

hemo_sommaire

COMMUNICATION

BRISER LES TABOUS DE LA GROSSESSE

maternite_sommaire

LA PAROLE AUX EXPERTS

«L’ANTI-VACCINISME EXISTE DEPUIS LES PREMIERS VACCINS»

expert_sommaire

TÉMOIGNAGE

«UNE SALLE D’OPÉRATION, C’EST UN PEU COMME LE COCKPIT D’UN AVION»

temoignage_sommaire

NEWS

LES ACTUALITÉS DES CLINIQUES BOIS-CERF ET CECIL

news_sommaire

COMMENT ÇA MARCHE?

LES VACCINS À ARN MESSAGER

LES VACCINS UTILISÉS EN SUISSE POUR PRÉVENIR LA COVID-19 SONT BASÉS SUR LA TECHNOLOGIE À ARN MESSAGER. EXPLICATIONS AVEC LE DOCTEUR JEAN-PHILIPPE CHAVE, SPÉCIALISTE EN INFECTIOLOGIE.

Le but d’un vaccin est d’apprendre au corps à reconnaître un antigène – bactérie, virus, parasite ou champignon – et à fabriquer des anticorps en réponse à celui-ci. 

 

De façon générale, les virus fonctionnent sur le modèle clé / serrure afin de pénétrer dans nos cellules. Le vaccin permet à nos cellules d’apprendre à neutraliser la clé, de sorte que le virus devient incapable de se fixer sur la serrure et ne peut donc pas – ou dans une moindre mesure – infecter notre organisme.

 

Traditionnellement, les techniques vaccinales utilisées consistent à introduire l’antigène dans le corps, qu’il s’agisse d’un fragment de virus (grippe, hépatite B), d’une souche inactivée (polio) ou d’un virus atténué (rougeole, fièvre jaune). 

 

Les vaccins à acide ribonucléique messager (ARNm) utilisés contre la Covid-19 consistent quant à eux à injecter une information génétique dans nos cellules afin de leur permettre de fabriquer elles-mêmes l’antigène. Le grand avantage est que la production d’antigènes est instantanée et naturelle, et ne nécessite pas un long processus de fabrication en laboratoire; il est donc possible d’adapter très rapidement les vaccins aux éventuelles mutations du virus. 

*L’ARNm contenant l’information génétique pour la fabrication de l’antigène ne pénètre pas dans le noyau de la cellule, où se situent les gènes humains.

Présent naturellement dans toutes les cellules de notre corps, l’ARNm renferme les plans de fabrication des protéines. L’ARNm utilisé dans les vaccins est enrobé dans une capsule lipidique protectrice et s’arrime aux ribosomes présents dans nos cellules. Ceux-ci vont ainsi fabriquer les protéines Spike – les pointes caractéristiques entourant l’enveloppe du virus. Ces protéines isolées fabriquées par notre propre corps selon le plan introduit via l’ARNm du vaccin sont inoffensives. Présentées au système immunitaire, elles déclenchent toutefois la réaction de défense attendue, c’est-à-dire la fabrication d’anticorps ciblés.

 

L’ARNm injecté ne pénètre pas dans le noyau de nos cellules et est éliminé en moins de quarante-huit heures. Cette technique de vaccination ne présente donc aucun risque de modification de notre génome. 

 

ÉLODIE MAÎTRE-ARNAUD